Les villes coloniales de Colombie

La Colombie à travers ses villes coloniales

Découvrez la Colombie à travers son architecture et ses villes coloniales qui font la fierté de toute la Colombie. Difficile de faire un descriptif de toutes les villes coloniales, tant il y en a. Voici les principales, les incontournables, celles que vous pourrez découvrir tout au long de votre séjour en Colombie.

Villa de Leyva


Classée comme monument national en 1954, Villa de Leyva se remarque par ses rues pavées et ses maisons blanches, ruelles étroites. On se projette facilement des siècles en arrière. Sans doute l’une des villes coloniales colombienne à ne pas manquer.

En fin de semaine, beaucoup de colombiens viennent y séjourner, le climat y est doux toute l’année. Tradition, culture et modernité s’y mélangent harmonieusement d’où un grand choix d’hébergements et de restaurants.

À partir de Villa de Leyva, à un peu plus de 2:00 de route (110 km) en direction de Sogamoso, partez à la découverte du paramo, biotope particulier entre 3 000 et 4 000 d’altitude, végétation rase et fleurie. Milieu très particulier dans les Andes tropicales.

Vous en voulez plus ?

Alors allez vers le lac de Tota, le deuxième plus grand lac de Colombie, à 3 000 m d’altitude. Vous y attend un spectacle incroyable : plage de sable blanc et eaux turquoises !
Expérience quasi surréaliste et pourtant bien réelle ! (Avec un guide de préférence).

Plus près de Villa de Leyva, à 15 km, visiter le sanctuaire de la faune et de la flore Iguaque qui selon les indiens Muisca est sacré. Sur ces 7 hectares vous observerez les cerfs de paramo, des belettes et les trois espèces de piverts.

Le Musée Paléontologique de la faculté des sciences, pour y découvrir que toute cette région était autrefois recouverte par la mer et de nombreux fossiles d’animaux préhistoriques prouvent une existence animale riche durant une période en 130 à 65 millions d’années.

A 30 minutes au sud de Villa de Leyva, découvrez le petit village de Raquira, réputé pour son artisanat et principalement pour ses poteries fabriquées de manière traditionnelle à partir d’une boule d’argile.

Au mois d’août, bénéficiant de vents forts se déroule le Festival des Cerfs-volants de Villa de Leyva. Plusieurs concours sont organisés pour les enfants mais aussi pour les plus grands en vol individuel et par équipe. D’un seul coup le ciel se remplit de couleurs !

Carthagène, la perle des Caraïbes


Bien que le lieu soit très touristique, Carthagène est vraiment un incontournable en Colombie, son histoire, ses couleurs, sa vie, son style vous transporteront dans un autre temps, celui des colons espagnols et des pirates. Si vous ne deviez visiter qu’une seule ville coloniale des Caraïbes du Mexique à la Colombie, alors Carthagène est certainement la plus belle d’entre toutes.

Si vous connaissez La Havane, alors on peut dire que Carthagène est La Havane entièrement restaurée.

Ville fondée en 1533, bastion du Royaume d’Espagne en Amérique du Sud, capitale du département de Bolivar compte aujourd’hui 1 millions d’habitants.

Ville portuaire avant tout, elle fut un centre de traite des esclaves, ville de transit de l’or, très convoitée par les pirates. Pour cette raison, la ville s’est dotée d’importantes fortifications et un des systèmes les plus complets de fortifications militaires. Sa forteresse est classée patrimoine de l’UNESCO.

Aujourd’hui, Carthagène reste un port incontournable pour les échanges commerciaux.

Promenez-vous à travers les rues du centre historique et pénétrez l’âme de la ville qui inspira Gabriel Garcia Marquez (prix Nobel de littérature 1982). À partir de la Porte de l’Horloge, Puerta del Reloj, flâner dans la ville pour admirer le chic de cette ville coloniale aux mille couleurS, aux mille fleurs et la magie opère. On comprend mieux que Carthagène soit l’endroit rêvé pour les lunes de miel !

Dans vos flâneries, vous ne manquerez pas la place de la Douane où vécut le fondateur de la ville Pedro de Heredia ainsi qu’une statue en hommage à Christophe Colomb. Un peu plus loin, visitez le Palais de l’inquisition de style baroque puis faites le tour des remparts au couché de soleil.

Vous pouvez vous douter, ici à l’intérieur de la ville historique, les prix des hébergements et des restaurants sont assez élevés par rapport au reste de la Colombie, succès oblige !

À 5 minutes à pieds, le quartier Getsemani, autrefois le quartier des esclaves, est devenu aujourd’hui un quartier en plein essor, peut-être plus authentique et où les anciennes maisons d’esclaves se sont transformées en petits hôtels des plus simples aux plus sophistiqués.

Après une soirée au rythme de la Cumbia ou de la Salsa, une excursion aux îles du Rosaire vous ressourcera.

À partir du port, vous pourrez prendre différents types d’embarcations, bateau rapide ou pas, en groupe ou individuel, tout est possible. Demandez-nous…

Barichara


Région de Santander, village de 8 500 habitants, c’est pour beaucoup le plus beau village de Colombie. Romantisme et sérénité sont les premiers mots qui viennent à l’esprit.

Cette petite ville coloniale respire l’histoire et les légendes. À 1300 m d’altitude, les températures y sont toute l’année clémentes, moyenne de 21°c. Le silence de ce village contraste avec un San Gil plus remuant, situé à seulement 20 km, et connaît un développement depuis une dizaine d’années, depuis que toute la région s’est tournée vers le tourisme, amoureux de nature, d’espace et d’aventure.

L’immense cathédrale trône au milieu des petites maisons à un étage, sa couleur légèrement orange tranche avec les couleurs de maisons blanchis à la chaux.

Promenez-vous à travers les ruelles pavées, découvrant des chapelles d’époque, ici vous êtes loin du tourisme de masse et renforce ce sentiment de quiétude à chaque instant.

Barichara est l’endroit idéal pour se ressourcer mais c’est aussi la porte vers de nombreuses promenades. Le Camino Real est un incontournable. Cet ancien chemin pavé construit par les indiens, relie Barichara au petit village de Guane. 9 km de marche à faire tôt le matin pour éviter les chaleurs en pleine journée. Un bus collectif repart de Guane pour revenir à Barichara.

À Barichara, prenez également un petit sentier qui monte pour observer de haut le village, la vallée et les montagnes, vues à couper le souffle ! Ici, beaucoup d’artisans vous ouvriront leur porte pour vous montrer comment les sculpteurs sur pierre travaillent mais aussi la broderie, le tissage et la céramique.

Barichara n’est pas loin de San Gil qui se distingue par ces activités « aventure », rafting de tous niveaux, parapente, rafting… En direction de Bucaramanga, découvrez les plus beaux paysages des Andes, le Canyon de Chicamocha. Canyon que vous pourrez traverser grâce au plus long téléphérique d’Amérique Latine, plus de 6 km !

Mompox


Département de Bolivar, 42 000 habitants, fondée en 1539 sur les rives de la Magdalena, c’est ici que les espagnols stockaient l’or et l’argent. Déclaré Patrimoine de l’Humanité en 1995, ce joyaux colonial, véritable reflet de cette époque, le centre historique de Santa Cruz de Mompox avec ses bâtiments parfaitement conservés, dont la plupart ont gardé leur fonction d’origine donne sans détours l’image d’une ville coloniale espagnole.

Son histoire est étroitement liée au commerce entre le port de Carthagène et les territoires de l’intérieur. C’est la raison pour laquelle Mompox s’est développé au bord du fleuve dont sa rue principale suit le cours du fleuve. Mompox se distingue par ses trois places le long du fleuve, à chaque place une église correspondant aux trois anciens villages indiens.

Malgré le déclin économique du XIXe siècle, la ville a su conserver son patrimoine historique et son authenticité. Le plus grand défi aujourd’hui est d’améliorer les digues qui protègent la ville des crues du fleuve.

Mompox est un endroit très isolé, situé entre deux fleuves, ici vous êtes hors du temps, dans une zone de marais (Ciénaga). Une escapade en bateau s’impose pour y observer une faune et une végétation dense. Vous ne manquerez pas de croiser des pêcheurs en pirogues traditionnelles.

Aller à Mompox ne s’improvise pas, que ce soit de Santa Marta ou de Cathagène, il faudra emprunter les voies terrestres et maritimes. Environ 6:00 sont nécessaires mais pas dénué d’intérêts puisque vous traverserez des petits villages typiques et profiterez de paysages variés.

 

Popayan, la ville blanche


Capitale du département de Cauca, au sud de la Colombie, 300 000 habitants, appelée « La ville blanche de Colombie ».

Popayan est un des centres religieux les plus importants de Colombie, c’est pourquoi les habitants maintiennent les façades blanches des maisons pour célébrer tous les moments religieux notamment la semaine Sainte qui attirent de nombreux visiteurs.

Cœur des traditions religieuses de la Colombie, la ville regorge d’églises et de chapelles : Belén, Ermita de San Francisco, d’El Carmen, la Encarnación pour finir par le musée des Arts Religieux.

La noblesse espagnole et de riches commerçants ont contribué à la construction de cette cité andine, considérée comme un chef d’oeuvre de l’architecture coloniale. C’est autour de la place Caldas que furent érigés les premiers édifices, comme la cathédrale, le Palais du Gouvernement du Cauca. Le parc Caldas est l’endroit préféré de ses habitants où se dressent la Cathédrale Nuestra Señora et la Tour de l’Horloge devenue symbole de la ville.

Ici, la gastronomie est à l’honneur. C’est sans conteste l’endroit où l’on mange le mieux en Colombie. Ne vous privez pas pour goûter la carantanta, les empanadas de poulet, les tamales de Pipan, entre autres.

Popayan, c’est aussi le bon point de départ pour visiter cette région. Le Morro del Tulcan, site archéologique précolombien, par exemple ou encore un peu plus loin le Parc National Puracé et son volcan. Là vous découvrirez des paysages magnifiques de montagnes, lagunes, forêts abritant des nombreux oiseaux, des ours à lunettes, tapirs, singes… Le volcan Puracé culmine à 4646 mètres d’altitude.

A 50 kilomètres de Popayan, Silvia, village indigène, est connu pour son marché – tous les mardis – tenu par les indigènes Guambianos reconnaissables par leurs ponchos bleus et leurs chapeaux traditionnels.

Beaucoup plus loin, à plus de 4:00 de route, le site archéologique de Tierradentro et ses hypogées (construction funéraire souterraine) et ses statues monumentales. Les peuples de Tierradentro étaient d’excellents artisans maîtrisant parfaitement l’architecture, l’orfèvrerie, la sculpture. Le site a été inscrit en 1995 sur la liste du patrimoine de l’Humanité par l’UNESCO.

Santa Fé de Antioquia


Fondé en 1541 par Jorge Robledo, Santa Fé à 60 kilomètres de Medellín demeure le berceau de la race paisa (nom des habitants d’Antioquia). C’était la capitale du département avant que Medellin en 1826 lui ravisse la place.

L’endroit est très apprécié pour son climat très agréable, le printemps éternel, avec une moyenne de 26°c toute l’année. La plus grande église de cette petite ville est Santa Barbara de style baroque où prédominent la brique et la pierre.

Depuis l’ouverture du tunnel « del occidente » en 2005, Santa Fé est devenue la destination préférée des habitants de Medellin. Santa Fé se distingue par ses maisons colorées parfaitement entretenues.

Traverser le pont suspendu de l’occident fait parti des curiosités. Il traverse le Cauca et a été construit en collaboration avec l’ingénieur qui a construit le pont de Brooklyn.

Marchez à travers Santa Fé de Antioquia et découvrez les petits patios, la place centrale entourée de petits cafés et de restaurants. Il n’est pas rare d’y croiser un cavalier sur sa monture. Reposez-vous sur un banc en mangeant une mangue, respirez, vous êtes en Colombie !

La ville est assez animée et beaucoup plus authentique que Guatapé.