panorama-place-simon-bolívar-colombie-decouverte
  • Arnaud

  • 05Juil 17

Place Bolívar : témoignage de plus de 4 siècles d’histoire

La Place Bolívar à Bogota, dans le quartier de la Candelaria, est le premier site touristique colombien que de nombreux voyageurs découvrent. En effet, pour tous ceux qui ont leur première escale dans la capitale, c’est bien souvent par là que la visite de la ville commence, et ce n’est pas par hasard.

Quand vous arrivez au cœur de la Place Bolívar, le passé de la Colombie se réveille. Où que vous tourniez la tête, où que vous regardiez, il y a là un fait historique qui se cache derrière ces constructions. C’est ici que l’histoire de Bogota a commencé, c’est ici qu’a vu le jour un mouvement de révolte qui mènera à l’indépendance de la Colombie et c’est encore là que l’histoire du pays continue de s’écrire.

La naissance de Bogota

bogota-colombie-decouverteTout commence à l’endroit même où se dresse la cathédrale Primada (aussi appelée cathédrale de la Inmaculada Concepción). C’est là qu’aurait eu lieu la première messe de Santa Fé de Bogota, peu après la fondation de la ville le 6 août 1538 par Gonzalo Jiménez de Quesada. C’est d’ailleurs dans cette cathédrale que ce dernier repose.

La cathédrale jouxte la Capilla del Sagrario. C’est le seul édifice de la place datant encore de l’époque espagnole. Elle fut construite au XVIIème siècle et recueille six œuvres de Gregorio Vásquez de Arce, le peintre le plus important de la période.

L’indépendance de la Colombie

Non loin de là, c’est dans ce qui est maintenant le musée de l’indépendance, ou la casa del florero, qu’Antonio Morales, un indépendantiste, y a déclenché une bagarre le 20 juillet 1810, sous prétexte qu’un commerçant loyaliste espagnol du nom de José Gonzáles Llorante refusa de lui prêter un vase. La bagarre s’est très vite transformée en révolte. Le 20 juillet est désormais un jour de fête nationale en Colombie.

Suite à ce mouvement de révolte, Simón Bolívar devint l’un des grands héros de la Colombie en libérant le pays du joug espagnol le 7 août 1819. Il proclama la naissance de la République de la Grande Colombie et en devint président. Simón Bolívar a désormais sa statue de bronze qui se dresse au milieu de cette même place qui porte son nom.

En 1821, El Libertador Simón Bolívar, nomma Antonio Nariño vice-président. Ce personnage très important de l’histoire de l’indépendance de la Colombie avait été contraint à l’exil et à la prison pour avoir traduit du français à l’espagnol notre très chère Déclaration des droits de l’homme et du citoyen en 1793. Il est né dans une maison derrière le Capitolio Nacional, la casa Nariño, qui est depuis 1908 le lieu de résidence et de travail des présidents colombiens. Son tombeau est aussi renfermé dans la cathédrale Primada (avec ceux de Gonzalo Jiménez de Quesada et Gregorio Vásquez de Arce).

La Colombie moderne

boliverLe palais de justice fut incendié une première fois en 1948 lors du Bogotazo (émeutes faisant suite à l’assassinat du candidat favori aux présidentielles Jorge Eliécer Gaitán). En 1985, les guérilleros du M-19 prennent en otage plus de 300 personnes sous les ordres et l’aide financière du baron de la drogue Pablo Escobar. Au bout de 28 heures, pour libérer les otages, l’armée colombienne n’a pas d’autre choix que de lancer un assaut qui mit feu au bâtiment.

Au niveau de la Casa de los Comuneros, levez la tête, vous apercevrez Pedro Téllez, un théologien et philosophe investi pour la culture du centre de la ville dans les années 1990, il est assis sur le toit. C’est bien sûr d’une statue que je parle, faite par l’artiste Jorge Olave. Jusqu’en 2003, année de sa mort, il a repeuplé le quartier de la Candelaria de célèbres personnages ayant vécu ou travaillé dans le quartier. (lien article bogota)

L’histoire continue de s’écrire autour de cette place

Tous les bâtiments qui se dressent autour de cette place ne sont pas seulement témoins du passé. En effet, nous y retrouvons aussi le capitole qui est le siège du Congrès, d’influences ioniques, néoclassiques et Renaissance. La cour est libre d’accès. En face l’Alcadía Mayor (la mairie) est, quant à elle, de style Renaissance française.

Aujourd’hui, la place est aussi un point de rencontre pour de nombreux bogotanais. Les enfants jouent avec les pigeons et de nombreux marchands animent la place.

Vous l’aurez bien compris, la Place Bolívar est un incontournable de Bogota, ce qui lui vaut le titre de Monument National en 1994. En un tour de 360° vous aurez déjà un bel aperçu de l’histoire colombienne, ce serait donc dommage de passer à côté !

Pas réflexions au sujet de « Place Bolívar : témoignage de plus de 4 siècles d’histoire »

Laisser un commentaire

N'hésitez pas à nous faire part dans le cadre ci-dessous de vos envies, de votre projet de voyage, des étapes souhaitées. Précisez éventuellement si vous voyagez avec des enfants, des personnes à handicap…

Les champs * sont obligatoires

NOS AGENCES DANS LE MONDE