chestnut-breasted-chlorophonia-oiseaux-santa-marta-colombie-decouverte
  • Arnaud

  • 19Oct 17

L’observation des oiseaux, une alternative touristique à Santa Marta (part 1)

À seulement 30 minutes de Santa Marta, sur une route secondaire nouvellement ouverte, les visiteurs et les touristes peuvent observer, à moins d’un mètre, comment un oiseau-mouche se nourrit, une espèce d’oiseaux qui n’existent pas en Europe. Un exemple parmi des centaines d’autres !

Beaucoup d’oiseaux ! Des colibris mais tant d’autres…

oiseaux-birding-santa-marta-colombie-decouverteCe “restaurant pour colibris” est la première chose que le biologiste Gabriel Utria, fondateur de Birding Santa Marta, montre à ses clients quand ils arrivent dans cet ancien couvent transformé en hôtel pour se préparer à gravir la montagne et de laisser derrière le tourisme traditionnel du soleil et de la plage.

Les colibris ne fuient pas à la vue des visiteurs, ils volent en arrière, font pivoter leurs ailes jusqu’à 180 degrés, flottent dans l’air lorsqu’ils se nourrissent. C’est un va-et-vient continu tandis que l’on peut entendre la variété infinie de sons annonçant le passage des perruches connus à Santa Marta. Des espèces menacées et endémiques, à savoir, qui existent seulement dans la région, cette forêt humide et voisine de la mer des Caraïbes sont observables.

“Nous convertissons les touristes en explorateurs,” dit Gustavo Utria, qui, avec ses deux sœurs et partenaires, ont grandi dans les montagnes, ont appris sur les oiseaux, ont étudié à la ville (lui la biologie et elles la comptabilité et la gestion touristique). Ils sont revenus et pendant deux ans, sont devenus des entrepreneurs de l’économie de subsistance des communautés locales.

“Minca (l’une des sœurs de Gustavo Utria), dit fièrement en se référant au village de Santa Marta, considéré par les habitants comme la capitale écologique et porte d’entrée vers la partie haute de la Sierra Nevada, situé à 5.775 mètres d’altitude”.

Cette zone, étant isolée des Andes, est reconnue par les observateurs des oiseaux et les ornithologues, comme la montagne avec le plus grand nombre d’oiseaux endémiques d’Amérique. Rien que ça !

Un tiers, 28 au total des 90 espèces d’oiseaux endémiques qui se trouvent en Colombie se trouve dans cette zone. C’est une étape incontournable pour les observateurs d’oiseaux qui viennent en Colombie chercher des espèces uniques et endémiques. Ils doivent passer par Santa Marta… “En huit jours, vous pouvez croiser 300 espèces d’oiseaux différentes », explique le biologiste (Gustavo) avec toute conviction et fierté.

Avant tout, les communautés

oiseaux-santa-marta-colombie-decouverteBirding Santa Marta (organisation mise en place par Gustavo et ses sœurs) a décidé de mettre les communautés en premier. Cela, dit Utria, est un élément différenciateur par rapport à d’autres opérateurs ayant une équipe interdisciplinaire, faisant des contributions sociales et «ayant l’amour pour la montagne».

“Avec notre modèle touristique, nous allons à ces communautés, à ces endroits que nous visitons, et nous disons aux propriétaires des réserves naturelles : regardez, nous pouvons vous apporter des clients qui observent les oiseaux, ces clients ont besoin de services, de nourriture, de guide local, nous générons de l’activité économique et nous leur donnons de l’argent afin qu’ils puissent conserver la forêt”, dit-il. C’est une forme de cercle vertueux.

Un autre des piliers de l’opération Birding Santa Marta est l’accord avec des fondations spécialisées pour étudier les oiseaux. “Nous envoyons nos guides pour être les assistants de ces fondations et contribuons ainsi à la recherche, afin de générer des connaissances sur ces oiseaux afin que les gouvernements puissent prendre des décisions de conservation de ces espèces”, explique le biologiste.

Ce travail est déjà mené avec des espèces d’oiseaux menacées, endémiques et migratrices dans la péninsule de La Guajira et dans la Sierra Nevada de Santa Marta. En outre, ils soutiennent le renforcement des organisations de base dans les communautés où ils arrivent avec les visiteurs et une école élémentaire dans la Sierra Nevada de Santa Marta.

“Nous parlons aux enfants de la conservation des oiseaux, de l’importance des oiseaux dans l’écosystème, et parfois nous faisons en sorte que les clients interagissent avec ces enfants. Certains des clients font également des dons pour rénover l’école, se procurer des livres, des trousses de secourisme ou des choses nécessaires”, explique Utria.

Nous reviendrons dans un prochain article sur l’observation des oiseaux dans cette zone si dense en biodiversité !

Pas réflexions au sujet de « L’observation des oiseaux, une alternative touristique à Santa Marta (part 1) »

Laisser un commentaire

N'hésitez pas à nous faire part dans le cadre ci-dessous de vos envies, de votre projet de voyage, des étapes souhaitées. Précisez éventuellement si vous voyagez avec des enfants, des personnes à handicap…

Les champs * sont obligatoires

NOS AGENCES DANS LE MONDE