musee-botero-colombie-decouverte
  • Arnaud

  • 01Oct 17

Musée Botero de Bogota (2ème partie)

Continuons ensemble la visite du musée Botero commencée il y’a quelques jours !

De l’art moderne au surréalisme en passant par le cubisme

La salle suivante ouvre sur une sculpture de Salvador Dalí datant de 1933, dont une version existe au Musée d’Art Moderne (MoMA) à New York. Bien que Botero reconnaît qu’il n’aime pas Dalí, il admet qu’il a acheté cette œuvre parce qu’il a considéré qu’elle contribuait à compléter la collection.

musee-botero-main-colombie-decouverteLe reste de la pièce est composée de grandes peintures à l’huile réalisées par des artistes de courants très différents, allant du surréalisme, l’expressionnisme, la nouvelle objectivité allemande et quelques travaux proche du cubisme. D’autres avant-gardes tel que le futurisme italien, le “Dada”, le cubisme précoce (synthétique et analytique) et l’expressionnisme allemand plus tôt, ne sont pas représentés. Botero a reconnu qu’il n’était pas intéressé au courant artistique dérivé de Duchamp et encore moins l’art abstrait (les dérivations de Kandinsky ou Klee), qu’il décrit à plusieurs reprises comme un art simplement “décoratif”.

De cet espace, sont remarquables deux peintures tardives de Picasso (dont une inédite), une peinture à l’huile de Joan Miró (1953), une peinture à l’huile de Giacometti et surtout une “maternité” (1936) de Max Beckmann, particulièrement important pour l’histoire de l’art. L’œuvre, qui appartenait à Quapi Beckmann, la veuve de l’artiste, a été accrochée dans le hall d’entrée de l’appartement de Botero à New York.

La visite du musée continue !

La salle suivante est consacrée à des dessins du XXe siècle, mais comprend une huile petit format de Jacques Lipchitz (datée de 1917). Parmi les œuvres les plus remarquable, vous y verrez le gâteau de Edgar Degas, une aquarelle peinte en 1922 par l’allemand George Grosz, deux dessins de Léger, l’un d’Henri Matisse, un autre de Gustav Klimt et deux dessins de Balthus. L’un d’eux étant une étude préparatoire de la célèbre “Leçon de guitare” (1934) que Botero a acheté à la veuve du poète Paul Éluard. Ce dernier travail a été prêtée plusieurs fois au Metropolitan Museum de New York et la Tate Gallery à Londres.

musee-botero-patio-colombie-decouverteLa collection internationale se poursuit au deuxième étage avec un espace dédié à l’avant-garde américaine des peintures à l’huile milieu du XXe siècle. Vous trouverez des artistes latino-américains tels que Wifredo Lam et Roberto Matta avec aussi des œuvres des américains Robert Rauschenberg et Wilhem de Kooning. La seule œuvre entièremente abstraite de l’espace est une peinture à l’huile par Robert Motherwell. À l’exception d’une huile de Kitaj, la collection Botero ignore complètement le Pop Art (Warhol, Liechtenstein, etc.) et l’abstractionnisme plus fort (Jackson Pollock, Cy Twombly, Clyfford Still, Mark Rothko, etc.). C’est un parti pris totalement assumé de la part de Botero.

La salle suivante a plusieurs œuvres importantes de la seconde moitié du XXe siècle : une de Francis Bacon, une autre de Jean Dubuffet de 1963 (selon certains, la première œuvre acquise par Botero pour sa collection), une de Joaquín Torres García et une d’Antoni Tàpies (acquise par Botero après avoir parlé mal de Tàpies dans une interview), parmi beaucoup d’autres pièces.

L’espace suivant dédié à la sculpture, y compris des œuvres d’Aristide Maillol, Alexander Calder, Anthony Caro, Giacomo Manzú, Henry Moore et Max Ernst, parmi beaucoup d’autres artistes.

Vous l’aurez compris, la collection de Botero est particulièrement intéressante et vaut le détour !

Pas réflexions au sujet de « Musée Botero de Bogota (2ème partie) »

Laisser un commentaire

N'hésitez pas à nous faire part dans le cadre ci-dessous de vos envies, de votre projet de voyage, des étapes souhaitées. Précisez éventuellement si vous voyagez avec des enfants, des personnes à handicap…

Les champs * sont obligatoires

NOS AGENCES DANS LE MONDE