moravia-touristes-colombie-decouverte
  • Arnaud

  • 01Oct 18

Moravia, le quartier de Medellín qui refait surface grâce au tourisme

Moravia cherche à devenir une destination touristique attrayante et a tout pour plaire !

Dans les rues bruyantes et colorées du quartier de Moravia, au nord-est de Medellín, sept personnages défilent dans la foule. Ils viennent des Pays-Bas et sont arrivés à la “comuna 4” par hasard, car quelqu’un leur a dit d’aller voir une décharge qui s’est transformée en exemple de résistance à Medellín.

« Vous pouvez imaginer à quoi ressemblait la ville à cette époque », résume dans un anglais forcé et les étrangers se tournent vers Pablo Arismendi, alors qu’il parle d’une autre Moravia qui existait dans les années 80. C’était un endroit qui était d’abord une colline de déchets et où peu à peu des maisons ont vu le jour grâce à des familles venues s’installer près de Medellin.

Moravia est devenue un exemple. La violence, la mauvaise odeur d’avant ainsi qu’un incendie qui a touché plus de 100 familles l’an dernier ne sont que des faux pas que les Moravitas (habitant de Moravia) ont réussi à surmonter.

Moravia s’est doté de groupe de formation au Tourisme

Hernán Gallo lance une phrase en anglais. Il a 65 ans et honore le « il n’est jamais trop tard ». Mettant une empanada dans sa bouche, il montre des photos de ses paniers faits à la main et dit qu’il a un appartement inoccupé à Chocó Chiquito, un point reconnu du secteur et veut le louer aux touristes.

Il est l’un des 17 dirigeants de la communauté de Moravia formés au Colegio Mayor de Antioquia et qui rêvent du tourisme communautaire.

Jusqu’à présent, les Moravitas sont engagés dans un travail informel autour des visites dans le quartier. C’est d’où l’initiative de Colmayor et d’Unisabaneta a surgi, les formant au tourisme et guide leurs idées entrepreneuriales. Ce processus a commencé mi-2017 et a abouti à la certification de ses participants cette année pour servir de guides touristiques et entrepreneuriaux.

Luz Helena Naranjo, experte en tourisme de Colmayor, a pris contact avec les dirigeants de Moravia pour les conseiller lors d’un cours de trente heures. Grâce à leur travail et à leur disposition, le projet a été intégré au programme de tourisme communautaire du sous-secrétaire au tourisme de la mairie de Medellín. Le projet est divisé en trois fronts : hébergement, visites et produits. Chaque dirigeant a une idée et bien que certaines soient similaires, le tourisme en réseau les articule, dans ce qui n’est pas une compétition, mais une collaboration fructueuse.

moravia-jardin-enfants-colombie-decouverte

La tournée continue et le groupe s’assoit sur des marches. Pablo leur donne des biscuits avec du dulce de leche (appelé arequipe en Colombie), pendant qu’il leur raconte une autre anecdote sur le quartier. Le premier “tourn” de ce type a eu lieu il y a une dizaine d’années, lorsque Moravia a commencé se transformer et devenir plus résilient.

Comment attirer les voyageurs à Moravia ?

L’idée est de faire de Moravia une destination touristique complète, afin que les ressources restent entre les habitants et que la commune bénéficie de meilleures opportunités. « On croit toujours que les dirigeants communautaires doivent tout faire gratuitement », déclare un visage amical. Orley Mazo est le guide touristique par excellence de la comuna 4 et ses mots dénotent une passion pour le territoire. Avec d’autres dirigeants, il souhaite créer une Tienda Solidaria (boutique solidaire), un espace pour offrir les paniers d’Hernán, les bracelets de Gloria, l’artisanat de Luz Estela, etc. 

« Bienvenue dans mon quartier. Je suis célibataire et je vis seul !”, crie un homme en chemise depuis un balcon, regardant passer deux hollandaise. Les touristes à Moravia ne passent pas inaperçus. Ils reçoivent des fruits, des câlins, des sourires et des compliments occasionnels. L’hospitalité de la ville explique que 736 000 visiteurs se sont rendus à Medellin en 2017, selon le ministère du Développement économique.

moravia-colombie-decouverte

Parler une deuxième langue est important, c’est certain selon Cielo, déjà capable de converser en anglais. Hernán se défend avec des phrases apprises dans une entreprise où il travaillait, mais il se dit prêt à en apprendre davantage et à communiquer avec « los gringos ». Quoi qu’il en soit, de nombreux touristes arrivent à Medellin pour apprendre l’espagnol. Gloria Ospina y voit une opportunité, car de nombreux étrangers souhaitent vivre pleinement l’expérience et choisissent de rester dans des maisons d’accueil avec des familles moravistas. Ce type de personnes passent régulièrement dans le quartier. Gloria, en plus de faire des bijoux avec des pierres de couleur, est motivée par les idées qui ont émergé parmi ses collègues.

Les 17 dirigeants se connaissent depuis des années et travaillent aujourd’hui pour un objectif commun : positionner Moravia en tant qu’attraction touristique. Pour ce faire, ils ont déjà franchi la première étape : ils ont étudié, identifié leurs faiblesses et mis en place les solutions.

Pendant ce temps, dans les rues du quartier, les touristes continuent à tout regarder, à prendre des photos, à partager avec les gens qui les regardent avec gratitude, à faire tout ce qui est possible pour qu’ils aient envie de revenir.

« Même si nous avons souffert, nous continuons à rêver. Nous voulons vous raconter ce que nous avons vécu.”, dit Cielo comme si elle essayait de déclarer que Moravia est capable de raconter sa propre histoire…

Pas réflexions au sujet de « Moravia, le quartier de Medellín qui refait surface grâce au tourisme »

Laisser un commentaire

N'hésitez pas à nous faire part dans le cadre ci-dessous de vos envies, de votre projet de voyage, des étapes souhaitées. Précisez éventuellement si vous voyagez avec des enfants, des personnes à handicap…

Les champs * sont obligatoires

NOS AGENCES DANS LE MONDE