dechets-electroniques-colombie-decouverte
  • Arnaud

  • 03Juil 18

La Colombie, un exemple à suivre dans la gestion des déchets électroniques

Les déchets électroniques sont devenus l’un des pires problèmes de pollution, en maintenant une croissance constante qui nous concerne tous.

Déchets électroniques : état des lieux

Selon le rapport publié en 2017 par l’Institut pour l’étude avancée de la durabilité de l’Université des Nations Unies, la quantité produite en 2016 de déchets électroniques et électriques était de 44,7 millions de tonnes dans le monde, un chiffre qui a augmenté à 46 millions en 2017 et qui devrait continuer à croître au cours de cette année 2018, atteignant plus de 49 millions de tonnes.

Sur ce chiffre, on estime que 4,2 millions de tonnes viennent d’Amérique latine, le Brésil étant le pays qui produit le plus, avec 1,5 million de tonnes, suivi du Mexique avec 1 million de tonnes et de l’Argentine avec 400 000 tonnes.

Le rapport indique que la Colombie signale une génération de déchets électroniques en 2016 de 275 000 tonnes de déchets, soit 5,6 kilogrammes par habitant, sur une base de 48,75 millions de personnes.

Edgar Erazo, directeur exécutif d’EcoComputo Corporation, indique que l’un des principaux problèmes auxquels l’Amérique latine est confrontée est l’absence de réglementation dans le traitement des déchets électroniques et électriques.

dechets-electroniques-ecocomputo-colombie-decouverte

Seuls 7 pays d’Amérique latine disposent d’une législation nationale sur la gestion des déchets électroniques, à savoir la Colombie, la Bolivie, le Chili, le Costa Rica, l’Équateur, le Mexique et le Pérou. Tous ces pays utilisent le principe de responsabilité élargie des producteurs comme point commun de leurs lois sur les déchets électroniques. Cela vise à étendre les responsabilités des fabricants à plusieurs phases du cycle complet du produit : favorisant leur récupération, leur recyclage et leur élimination finale sûre avec le soutien éventuel des autres acteurs de la chaîne de recyclage.

Le principal défi avec la gestion de ces déchets électroniques dans les différents pays d’Amérique du Sud est l’accélération de tous les processus législatifs. Et pour ceux qui ont déjà les lois de ces résidus en vigueur, il faut accélérer leur mise en œuvre, déclare Erazo.

Le directeur exécutif d’EcoComputo a également expliqué qu’en Colombie, conformément aux dispositions de la loi 1672 de 2013, les institutions colombiennes qui importent, commercialisent et utilisent ces dispositifs sont obligées d’empêcher les dommages potentiels causés par la mauvaise gestion de ces déchets.

Comme font-ils pour recycler les déchets électroniques ?

dechets-electroniques-recyclage-colombie-decouverteCes institutions permettent des espaces de collecte dans leurs zones, donnant des informations à leurs clients sur la façon de recycler ou de concevoir des stratégies pour le retour et la collecte ; et livrer les déchets électroniques aux spécialistes du recyclage.

Mais… pourquoi les déchets électriques et électroniques sont-ils un problème pour la santé et l’environnement ?

“Les déchets électroniques sont l’un des déchets les plus susceptibles de contamination car ils contiennent des éléments chimiques tels que le mercure, le plomb, le cadmium, etc. qui, s’ils ne sont pas manipulés avec soin, peuvent causer des dommages à moyen et long terme”, nous explique Erazo.

Comment ces déchets électroniques peuvent-ils être recyclés ?

« Une fois collectés, ces déchets parviennent à un centre de collecte où un premier classement est effectué.

Premièrement, est vérifié si ces déchets peuvent être réutilisées, et si c’est le cas, les ordinateurs sont destinés à favoriser les populations vulnérables du pays par le biais de différentes ONG. Mais, si au contraire, l’équipement ne peut pas être récupéré dans l’usine de traitement, une séparation des composants est effectuée, en séparant les substances nocives, mentionnées précédemment.

Les composants tels que le plastique, le fer, l’aluminium, le cuivre ou le verre, qui sont réutilisables, peuvent à nouveau entrer dans le cycle économique et sont utilisés comme matériau d’exportation pour être transformé.

« Depuis 2012, nous avons réussi à collecter plus de 11 200 tonnes de matériaux à partir d’ordinateurs et nous espérons continuer à croître. Pour cette raison, nous disposons aujourd’hui de 140 points de collecte permanents répartis sur tout le territoire national”, explique l’ingénieur Erazo. 

« Pour ceux qui veulent connaître le moment précis où ils peuvent prendre les appareils qu’ils n’utilisent plus peuvent accéder à notre site web www.ecocomputo.com », conclut Édgar.

Chez Colombie Découverte, nous faisons ce que nous pouvons pour améliorer les comportements éco-responsables en recyclant le plus de nos déchets et en sensibilisant notre clientèle aux enjeux environnementaux (par exemple en choisissant scrupuleusement les hôtels et autres activités).

Pas réflexions au sujet de « La Colombie, un exemple à suivre dans la gestion des déchets électroniques »

Laisser un commentaire

N'hésitez pas à nous faire part dans le cadre ci-dessous de vos envies, de votre projet de voyage, des étapes souhaitées. Précisez éventuellement si vous voyagez avec des enfants, des personnes à handicap…

Les champs * sont obligatoires

NOS AGENCES DANS LE MONDE