environnementaux-ecologie-colombie-decouverte
  • Arnaud

  • 13Mar 18

Élections 2018 : engagements environnementaux

Le processus électoral de 2018 est devenu un grand défi pour le peuple colombien. Les conditions d’exercice démocratique sont totalement atypiques. Il y a une grande polarisation entre les représentants politiques, les nouveaux joueurs qui génèrent toutes sortes d’opinions, un pays voisin (le Venezuela) avec une situation socio-politique qui affecte l’opinion et la décision des Colombiens au moment d’être dans le urnes. Que dire des thèmes environnementaux dans cette campagne ?

Ces conditions ont défini un ordre du jour qui a mis l’accent sur la sécurité, la paix, le modèle économique, en laissant de côté des thématiques d’intérêt territorial comme les politiques et actions socio-environnementales à suivre dans la période à venir.

Il est important de considérer que le territoire colombien largement biodivers, considéré comme très vulnérable aux effets du des changements climatiques et détérioration de son équilibre, avec un record de problèmes sociaux et environnementaux sur leur territoire. Ce contexte exige que, dans les discussions, les discours et les propositions des candidats qui feront partie du nouveau Congrès intègre de manière fondamentale et stratégique toutes les questions qui impliquent la sécurité environnementale.

environnementaux-ecologie-singes-colombie-decouverte

Les problèmes environnementaux sont nombreux en Colombie, mais nous pouvons définir trois grandes lignes : une attention urgente qui définit le bien-être immédiat des communautés, les décisions qui contribuent au développement socio-économique du pays et, enfin, celles de la participation globale qui peuvent directement affecter nos intérêts environnementaux.

Bien-être communautaire

Cette catégorie comprend les décisions, les actions et les discussions nécessaires immédiatement sur les questions qui sommeillent et que le gouvernement national n’a pas pris en charge efficacement et clairement pour le moment.

Ce sont des défis qui, s’ils ne sont pas pris en compte, causeront de grands traumatismes aux communautés. Cette catégorie comprend des questions telles que la déforestation et l’exploitation minière illégales, les problèmes qui ont des impacts majeurs sur les dynamiques sociales, économiques et environnementales du territoire, en particulier dans la région du Pacifique et Amazonie.

Une autre question d’un grand intérêt est la frontière agricole contre les écosystèmes stratégiques tels que les “paramos”, cependant, ont suscité de grands progrès dans les politiques publiques dans de nombreuses collectivités ne sait pas encore l’atterrissage de ces mesures. Une troisième question concerne la réglementation des permis environnementaux, un processus qui continue d’être défini à partir d’intérêts particuliers.

Décisions pour le développement

Ce thème implique des discussions qui n’auront pas d’impact immédiat sur le mode de vie des Colombiens mais sur leur structure politique, environnementale, culturelle, sociale et économique. Des questions telles que le positionnement des stratégies de paiement des services environnementaux et les ajustements nécessaires pour éviter la panique chez certains hommes d’affaires ; les stratégies de conservation et d’utilisation durable des régions qui ont laissé le processus de paix à découvert ; le renforcement du capital scientifique pour générer des études à partir de régions qui n’avaient pas été explorées à cause du conflit interne en Colombie.

environnementaux-ecologie-champs-colombie-decouverte

Ces axes qui sont proposés, bien que dans de nombreux cas n’atteignent pas le colombien moyen, sont cependant vraiment stratégiques car ils définissent les modèles pour générer du développement et du bien-être qui se traduira par des des emplois, de nouveaux brevets, entre autres. Dans ce deuxième axe, il y a un thème où le nouveau Congrès trouvera vraiment un défi de grande envergure, car pour de longues années aucune ligne claire n’a été générée : le défi de l’organisation territoriale.

La croissance des municipalités n’a pas été conforme à un plan structuré fondé sur la dynamique et les intérêts des collectivités et des écosystèmes. La structure et l’organisation du territoire colombien répondent à beaucoup d’intérêts particuliers, que dans de nombreuses occasions son origine est géré par la même institution légiférante : le Congrès. Le défi est donc de générer un processus de réflexion collectif national qui aboutisse à de véritables systèmes juridiques permettant de réorienter l’organisation du territoire colombien.

Renforcer la participation

Le pays devrait participer aux discussions internationales majeures qui incluent des questions relevant de l’avenir de la planète en général. La Colombie n’a pas seulement été caractérisée par sa participation active, mais elle a souvent servi de modèle à d’autres nations.

Les caractéristiques du territoire permettent aux Colombiens de s’ouvrir au monde en tant que référence. Raison pour laquelle le défi du Congrès est que ses acteurs démontrent une connaissance suffisante de la question environnementale, pour que leurs interventions soient significatives et génèrent un écho international.

Espérons que les sujets socio-environnementaux s’imposent plus qu’ils ne le sont pour le moment lors de cette campagne pour le renouvellement du Congrès.

Pas réflexions au sujet de « Élections 2018 : engagements environnementaux »

Laisser un commentaire

N'hésitez pas à nous faire part dans le cadre ci-dessous de vos envies, de votre projet de voyage, des étapes souhaitées. Précisez éventuellement si vous voyagez avec des enfants, des personnes à handicap…

Les champs * sont obligatoires

NOS AGENCES DANS LE MONDE