rythmes-danse-colombie-decouverte
  • Arnaud

  • 14Mai 18

La Colombie : pays aux mille rythmes (1ère partie)

Avec tant de régions remplies de musique aux rythmes différents, la nation andine se vante de son délice : «quelque chose» qui ne peut s’expliquer que si vous le vivez sur place !

La richesse de la musique Colombienne : la Sabrosura

rythmes-champeta-colombie-decouverteLa culture, la gastronomie, l’histoire, la nature, la couleur, le café et la vie débordent maintenant que le pays est en paix avec lui-même. Avec elle, la musique, beaucoup de musique ! Toutes aux rythmes propres. C’est la Colombie, une terre où plus de 1000 rythmes différents sont nichés dans quelque 150 genres. 

Y a-t-il des points communs face à cette diversité ? Oui : ce quelque chose appelé sabrosura (pouvant être traduit par “délice”), un esprit difficile à expliquer qui imprègne les sons de la nation et rend ses habitants fiers. Et qu’il découvre un territoire à explorer par le visiteur, qui doit arriver avec une oreille et un cœur ouverts. Ainsi, vous pouvez profiter des tambours, violons, marimbas et cornemuses qui dessinnent ses régions, et l’expérience des rythms de la cumbia, salsa et vallenato : un héritage culturel qui contient des styles et des éléments déclarés Patrimoine culturel immatériel par l’Unesco.

Le Colombie promeut ses rythmes

Toutes ces qualités sont ce que la musique Sabrosura essaie de transmettre, composée et interprétée par six artistes locaux pour la campagne touristique organisée par le ministère du Tourisme Colombia, tierra de la sabrosura.

Ce sont Sebastián Yatra, Piso 21, Maia, Martina La Peligrosa, Herencia de Timbiquí et Alexis Play. Ils repésentent une mosaïque de styles mélodiques et de rythmes avec la vocation du mariage « Communion colombienne avec de la musique vous invite à être ensemble, à célébrer, rendre hommage. Nous avons donc décidé de à chanter au monde ce qu’est la Colombie », a déclaré Felipe Jaramillo, président de ProColombia, l’organisation qui promeut l’investissement étranger, les exportations et le tourisme, lors du lancement de la campagne. Le président de la République, Juan Manuel Santos, a soutenu : « Nous voulons que notre pays soit identifié internationalement par ses rythmes”.

La visite peut commencer à Cartagena, ville culturelle (ici est célèbre le Hay Festival et le Festival international de musique classique) à la superbe architecture. Ici, sont joués Mr Black Presidente et Kevin Florez et, entre autres, deux des artistes qui figurent sur les listes par région faite par l’agence nationale du tourisme (à écouter sur Spotify ici). La musique propre de Cartagena est aussi la champeta, une variante qui adopte de la musique africaine et que certains groupes ont adopté au début des années 80. Champeta se réfère au couteau pour enlever les écailles.

“C’est un genre qui cherche mélanger, malgré la redondance, la tristesse et l’amertume de l’âme par des sons joyeux”, dit Dilson Cabarcas, la voix du groupe Tribu Baharu, un groupe qui pratique ce style, dans une interview pour ProColombia. À Cartagena, en plus des chansons, on peut aussi déguster une bonne viande et du riz à la noix de coco, le plat typique de la région.

(Seconde partie)

Pas réflexions au sujet de « La Colombie : pays aux mille rythmes (1ère partie) »

Laisser un commentaire

N'hésitez pas à nous faire part dans le cadre ci-dessous de vos envies, de votre projet de voyage, des étapes souhaitées. Précisez éventuellement si vous voyagez avec des enfants, des personnes à handicap…

Les champs * sont obligatoires

NOS AGENCES DANS LE MONDE