tolima-combeima-colombie-decouverte
  • Arnaud

  • 19Nov 17

Le tourisme et l’histoire dans les routes que Bolívar a traversées autour du Tolima colombien

Les routes empruntées par Simón Bolívar dans sa campagne d’émancipation contre la couronne espagnole sont aujourd’hui une promenade touristique innovante qui permet au visiteur de monter à cheval dans le mythique canyon Combeima, à Tolima, l’un des grands potentiels touristiques de la Colombie.

Avant Bolivar, l’explorateur allemand Alexander von Humboldt, père de la géologie moderne, au début du XIXe siècle, et le botaniste français Aimé Bonpland, qui découvrit en 1801 le palmier à cire (ceroxylon quindiuense), arbre national colombien.

Un paradis pour les amoureux et connaisseurs de la nature

Un couple de biologistes a transformé ce lieu, situé entre 1400 et 4200 mètres d’altitude, en une option de voyage avec le démarrage de leur entreprise d’écotourisme Ukuku Rural Lodge.

tolima-combeima-oiseau-motmot-colombie-decouverteAllemands, Néerlandais, Espagnols, Italiens, Canadiens, Français et Américains, entre autres, viennent à ce sanctuaire écologique pour profiter d’un circuit qui est accessible après avoir transité 18 kilomètres depuis la ville de Ibagué, capitale de Tolima (centre).

“Notre idée est que les gens connaissent la biodiversité du Cañón del Combeima afin qu’il devienne une destination touristique nationale.”

Ce qui différencie l’offre de Ukuku, mot quechua qui signifie “ours à lunettes”, est précisément d’offrir la possibilité de voir dans les “expéditions photo-scientífiques” cette partie des Andes avec cet animal. Aussi, le Lorito cadillero (bolborhynchus ferrugineifrons, toui à front roux) endémique des landes, et le tapir des montagnes, l’une des quatre espèces de tapirs existant en Amérique.

En outre, “en avançant le long des chemins que des précurseurs et des scientifiques ont arpenté par le passé, on respire une partie importante de l’histoire du pays, tout en notant quelques-unes des 154 espèces d’orchidées sauvages qui ont été identifiées.”

La preuve de l’énorme richesse naturelle du canyon de Combeima est qu’il y’a la réserve naturelle Ibanasca et la ville de Cay, classées comme zones d’intérêt pour la conservation des oiseaux (AICAS, Áreas de Interés para la Conservación de las Aves), qui font partie des espaces qui se visitent lors du « safari photographique » d’Ukuku.

Un potentiel éco-touristique unique

tolima-combeima-2-colombie-decouverteConscient du potentiel économique pour la région de cette attraction, jusque-là inexploitée, la Chambre de commerce de Ibagué et iNNpulsa, l’unité du gouvernement colombien pour soutenir l’esprit d’entreprise et la croissance des entreprises, ont inclus cette initiative dans ses recommandations.

“Avec ces entités, ce que nous faisons est nous renforcer en profitant le fait d’être biologistes pour transmettre une partie technique et scientifique et que les touristes ne viennent pas seulement se déconnecter du bruit de la ville, mais pour en savoir plus sur la biodiversité, en mettant l’accent sur la conservation”, explique le directeur d’Ukuku.

Une partie de la tâche que s’est fixé l’entreprise est de se positionner comme une alternative innovante afin d’augmenter dans le Canyon de Combeima la présence de voyageurs nationaux et internationaux. L’objectif est d’augmenter l’activité de 20% par an dans les prochaines années.

Son “as sous la manche” est le Nevado del Tolima, dont le sommet atteint 5.215 mètres d’altitude et est la cerise sur le gâteau des visites pour servir de toile de fond pour l’hébergement Ukuku. Ce volcan actif, qui conserve un glacier dans le cratère principal et où dans ses pentes poussent des millions de frailejones géants, regarder ceux qui cherchent à voir les colibris, se baigner dans les cascades, se détendre dans les eaux termales ou tout simplement s’extasier des 72 nuances de vert…

Ainsi, à la fin de la journée le souvenir qui se grave dans la mémoire du visiteur est le fait d’avoir vécu, comme le slogan de Ukuku Rural Lodge l’indique, “une expérience à l’odeur de montagne”.

Pas réflexions au sujet de « Le tourisme et l’histoire dans les routes que Bolívar a traversées autour du Tolima colombien »

Laisser un commentaire

N'hésitez pas à nous faire part dans le cadre ci-dessous de vos envies, de votre projet de voyage, des étapes souhaitées. Précisez éventuellement si vous voyagez avec des enfants, des personnes à handicap…

Les champs * sont obligatoires

NOS AGENCES DANS LE MONDE